04 Juin 2016 — 23 Juil. 2016

Expériences sensorielles

« Donner à voir la matière picturale elle-même dans sa sensuelle richesse, dans des instantanés rigoureux et sensibles où le jet et l’idée sont tour à tour conducteurs tout en restant plus allusif que réel jusqu’à introduire le doute » écrivit Perrotte en jullet 2015.

On retrouve dans les « Paysages » de l’artiste les deux étapes qui caractérisent le processus de création de nombreux « paysagistes » du 20ème siècle : la communion avec la nature et la transposition sur la toile à l’atelier du « coup reçu ».

Dans un premier temps, l’impulsion de ses peintures réside dans une expérience sensorielle que l’artiste va vivre au contact de la nature. Bien plus que la beauté d’un lieu, c’est l’effet que cet « univers sensible » provoque en lui qui est le véritable sujet du tableau. C’est pour cette raison que Perrotte, même s’il se souvient très précisément de l’endroit qui a généré cette « joie » intérieure, ne titre jamais ces tableaux.

Dans un second temps, ces vibrations, ces émotions qui ont été, comme il le dit lui même, « imprimées sur sa rétine et dans son cerveau » vont être transposées sur la toile à l’atelier. C’est au cours de cette étape que va être incorporée à l’oeuvre toute l’individualité de l’artiste - attributs, histoire, force et fragilité - qui se manifestera par autant de rythmes, cassures et tension.

Telle la mescaline pour Henri Michaux, la nature est pour Perrotte le moyen qui lui permet de se connecter au réel, à sa vérité et par là même, d’améliorer la connaissance de soi comme il le précise dans la citation suivante : « Puiser dans la diversité mouvante du réel et de la nature pour une expérience directe se nourissant de peinture en peinture ». Ce sont ces « expériences sensorielles » que je vous propose de venir découvrir du 04 juin au 23 juillet à travers une sélection de « Paysages » qui nous rappelle que la contemplation de la nature élève l’âme, ouvrant en une humanité en nous.

Christophe Mottet